Je vous propose de découvrir un jeu sorti récemment. Il s’agit d’un jeu de science-fiction disponible sur PC, PS4 et Xbox One.

L’intrigue de Relicta

La gameuse est dans le rôle de la scientifique Angelica Patel. Cette dernière est envoyée sur la lune à bord de la base spatiale Chandra.

Elle est chargée d’une enquête sur l’ex-société Aegis Labs. Elle doit en savoir plus sur les anomalies de Relicta, une entité secrète.

L’aventure commence 2 ans plus tôt. Une bonne partie de Relicta équivaut à ces 2 années de patience.

Le principe de Relicta

Proposé  tel un buzzle-game, Relicta fait plutôt penser à un thriller associant énigmes et cinématiques. Plusieurs personnages sont présents.

L’environnement est illustré par la présence d’une forêt, d’un désert et de grottes de glace. La gameuse doit maîtriser la technologie gravito-électromagnétique.

L’essentiel repose sur les tutoriels accompagnés d’énigmes et de casse-têtes complexes.

L’évolution de l’histoire sur Relicta

L’entrainement est permanent avec les énigmes établis dans chaque biome. Angelica attend sa fille et revient dans la scène d’introduction avec l’aspiration du Relicta.

L’évolution est illustrée par les dialogues entre Patel et ses collègues ou le système omniprésent en charge de la surveillance et du contrôle de la base. Les collectibles pimentent le cours du titre via des échanges de mails ou de compte-rendu d’expéditions.

Le système de jeu propre à Relicta

La manipulation des objets polarisés constitue la base. Le port de gants électromagnétiques offre une inversion de polarité afin de manipuler les cubes dotés d’énigmes.

Les lois de la physique vont s’opposer ou repousser les objets. Les cubes peuvent être propulsés dans le sens voulu.

Les réserves sur Relicta

Les énigmes sont plutôt ardues à résoudre. Il faut plusieurs minutes pour parvenir au bout et rallonger la durée de vie.

Relicta met en avant des couloirs et des murs invisibles. De plus, le game design propose toujours une construction avec une salle similaire.

Le jeu est trop répétitif, trop redondant.

Les points forts

Il faut parler de graphismes réussis avec les panoramas et les effets visuels bien maîtrisés. Ce jeu à la 1ère personne dispose d’une bande de son exceptionnelle.

Cet opus est une réelle transposition en réalité virtuelle. Il faut inclure les contrôles manuels. Les niveaux entrent en charge lors de la prise du grand ascenseur.

Le mode photo s’avère en excédent car les panoramas sont déjà présents. Retrouvez d’autres opus pour gameuses par ici.

Crédit Photo : gamesidestory.com & spiritgamer.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *